La déforestation : causes, conséquences et solutions

30/10/2023

La déforestation est un phénomène qui se produit lorsqu'une zone forestière est détruite ou réduite en taille par l'action humaine ou naturelle. Elle peut avoir des conséquences graves sur l'environnement, la biodiversité et le climat. Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), 420 millions d'hectares de forêt ont été perdus dans le monde depuis 1990 à cause de la déforestation. Quelles sont les causes de ce fléau ? Quels sont ses impacts sur la planète ? Et quelles sont les solutions pour préserver les forêts du monde ?


Les causes de la déforestation

Parmi les facteurs naturels, on retrouve :

- Les incendies de forêts, qui peuvent être provoqués par la foudre, la sécheresse ou le réchauffement climatique. Par exemple, les feux de brousse qui ont ravagé l'Australie de juin 2019 à mai 2020 ont détruit plus de 18 millions d'hectares de forêt et émis plus de 700 millions de tonnes de CO2 dans l'atmosphère.

- Les maladies affectant les arbres, comme le chancre coloré qui décime les platanes en Europe ou le dendroctone du pin ponderosa qui s'attaque aux conifères en Amérique du Nord.

- Les parasites, comme les chenilles processionnaires du pin ou du chêne, qui défolient les arbres et les affaiblissent.

Mais ce sont surtout les activités humaines qui sont responsables de la déforestation au niveau mondial. D'après le rapport sur l'Etat Mondial des Forêts publié par la FAO en 2016, près de 80% de la déforestation mondiale est causée par l'agriculture, les 20% restants se répartissant entre l'industrialisation, la construction d'infrastructures (routes, barrages) d'abord, puis les activités minières et enfin l'urbanisation. Dans le détail, voici quelques causes majeures de la déforestation :

- L'agriculture, qui représente 80% de la déforestation. Il peut s'agir soit d'agriculture commerciale, soit d'agriculture de subsistance (agriculture paysanne locale notamment dans les pays en développement). L'agriculture de subsistance représenterait 30 à 35% de la déforestation mondiale. L'agriculture commerciale ou industrielle (grandes cultures et élevage) représenterait 45 à 50% de la déforestation. L'élevage serait la cause d'environ 14% de la déforestation au niveau mondial. Parmi les cultures les plus impliquées dans la déforestation, on trouve le soja, l'huile de palme, le cacao, le café ou le coton.

- La construction d'infrastructures représenterait environ 8% de la déforestation. Il s'agit notamment des routes, des barrages hydroélectriques, des pipelines ou des lignes électriques qui fragmentent les forêts et facilitent leur accès aux exploitants forestiers ou agricoles.

- Les activités minières seraient responsables d'environ 6% de la perte forestière. Il s'agit principalement de l'extraction de minerais comme l'or, le cuivre, le fer ou le charbon, qui nécessitent souvent de raser des zones boisées pour creuser des mines à ciel ouvert ou souterraines.

- Et l'urbanisation autour de 5%. Il s'agit du développement des villes et des zones périurbaines qui grignotent sur les espaces naturels et entraînent une forte consommation de bois pour la construction ou le chauffage.


Contrairement à ce que l'on entend souvent, les industries forestières ne sont donc pas parmi les grands responsables de la déforestation. L'explication est simple : les entreprises de l'industrie forestière exploitent le plus souvent des surfaces de forêt de culture, c'est-à-dire des forêts qui sont régulièrement replantées afin d'être exploitées de façon durables.


Les conséquences de la déforestation

La déforestation a de nombreuses conséquences sur les écosystèmes naturels et cela pose de sérieux problèmes de résilience.

Conséquences de la déforestation sur la biodiversité

La conséquence la plus connue de la déforestation est la menace de la biodiversité. En effet, la forêt est un habitat très riche en espèces animales et végétales, certaines forêts étant même de véritables réservoirs de biodiversité parmi les plus diversifiés du monde. Par exemple, la forêt amazonienne abrite plus de 10% des espèces vivantes connues sur Terre. La disparition des forêts entraîne donc la perte d'habitats pour ces espèces, qui peuvent être menacées d'extinction ou forcées à migrer vers d'autres zones moins adaptées. Selon une étude publiée dans la revue Science en 2019, la déforestation a entraîné la disparition de 17% des populations d'oiseaux, de mammifères et d'amphibiens dans les zones tropicales entre 1970 et 2010.


Conséquences de la déforestation sur le climat

La déforestation a également un impact majeur sur le climat, tant au niveau local qu'au niveau global. Au niveau local, la suppression des forêts modifie le cycle hydrologique, c'est-à-dire le mouvement de l'eau entre les sols, les plantes, l'atmosphère et les cours d'eau. Les arbres jouent en effet un rôle essentiel dans l'évapotranspiration, c'est-à-dire l'évaporation de l'eau du sol et la transpiration des feuilles. Ce processus contribue à rafraîchir l'air ambiant et à former des nuages qui apportent des précipitations. Sans les arbres, le sol s'assèche, l'air se réchauffe et les pluies se raréfient. Cela peut entraîner des phénomènes de sécheresse, d'érosion ou de désertification.

Au niveau global, la déforestation contribue au réchauffement climatique en augmentant les émissions de gaz à effet de serre (GES). Les arbres sont en effet des puits de carbone, c'est-à-dire qu'ils absorbent le CO2 présent dans l'atmosphère et le stockent dans leur biomasse (tronc, branches, feuilles, racines). Lorsque les arbres sont coupés ou brûlés, ils relâchent le CO2 qu'ils ont accumulé au cours de leur croissance. Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), la déforestation représente environ 10% des émissions mondiales de GES.


Les solutions pour lutter contre la déforestation

Face à ce constat alarmant, il est urgent d'agir pour préserver les forêts du monde et leurs services écosystémiques. Plusieurs solutions existent, à différents niveaux :

- Au niveau international, il existe des conventions et des accords visant à protéger les forêts et à réduire les émissions liées à la déforestation. Par exemple, la Convention sur la diversité biologique (CDB) a adopté en 2010 un Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020, qui comprend un objectif visant à réduire au moins de moitié le taux de perte des habitats naturels, y compris les forêts. L'Accord de Paris sur le climat, signé en 2015, reconnaît également le rôle des forêts dans l'atténuation du changement climatique et encourage les pays à mettre en œuvre des actions pour réduire les émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+).

- Au niveau national, il existe des politiques et des lois visant à réglementer l'exploitation forestière et à promouvoir la gestion durable des forêts. Il s'agit de concilier les besoins économiques, sociaux et environnementaux liés aux forêts, en respectant les principes de précaution, d'équité et de participation. Par exemple, le Brésil a adopté en 2012 un nouveau Code forestier qui impose aux propriétaires fonciers de maintenir une réserve légale de forêt sur leurs terres, variant de 20% à 80% selon les régions. La France a également adopté en 2001 une loi d'orientation sur la forêt qui vise à assurer la multifonctionnalité des forêts (production, protection, accueil du public) et à favoriser leur gestion durable.

- la gestion durable des forêts. Il s'agit de concilier les besoins économiques, sociaux et environnementaux liés aux forêts, en respectant les principes de précaution, d'équité et de participation. Par exemple, le Brésil a adopté en 2012 un nouveau Code forestier qui impose aux propriétaires fonciers de maintenir une réserve légale de forêt sur leurs terres, variant de 20% à 80% selon les régions. La France a également adopté en 2001 une loi d'orientation sur la forêt qui vise à assurer la multifonctionnalité des forêts (production, protection, accueil du public) et à favoriser leur gestion durable.

- Au niveau local, il existe des initiatives et des projets visant à impliquer les populations locales dans la conservation et la restauration des forêts. Il s'agit notamment de reconnaître les droits fonciers et les savoirs traditionnels des communautés forestières, de les associer aux décisions concernant l'utilisation des ressources forestières, de leur fournir des alternatives économiques durables et de les sensibiliser aux enjeux environnementaux. Par exemple, le projet Forest Garden de l'ONG Trees for the Future aide les agriculteurs d'Afrique subsaharienne à planter des arbres fruitiers, des légumes et des cultures vivrières sur leurs parcelles, afin de réduire la pression sur les forêts environnantes et d'améliorer leur sécurité alimentaire.

- Au niveau individuel, il existe des gestes et des choix que chacun peut faire pour réduire son empreinte écologique liée à la déforestation. Il s'agit notamment de consommer moins de produits issus de la déforestation, comme la viande, le soja, l'huile de palme ou le cacao, ou de privilégier des produits certifiés issus de l'agriculture biologique ou du commerce équitable. Il s'agit aussi de réduire sa consommation de papier et de bois, ou de choisir du papier recyclé ou du bois labellisé FSC (Forest Stewardship Council) ou PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification), qui garantissent une gestion durable des forêts. Il s'agit enfin de soutenir les actions des associations ou des organisations qui œuvrent pour la protection des forêts, comme Greenpeace, WWF ou Rainforest Alliance.



La déforestation est un problème majeur qui menace la biodiversité, le climat et le bien-être des populations. Il est donc indispensable d'agir à tous les niveaux pour préserver les forêts du monde et leurs services écosystémiques. La déforestation n'est pas une fatalité : il existe des solutions pour concilier le développement humain et la conservation de la nature. Il suffit d'avoir la volonté politique, la coopération internationale et la responsabilité individuelle pour les mettre en œuvre.


Crédit photo couverture : @YuliiaKa freepik.com